Millesimes Worlwide

Edition du 13/12/2016
 

CHATEAU DU GRAND BOS

Référence

Château du GRAND BOS

un authentique cru bourgeois


Situé au rang de 1er Grand Vin Classé au classement du Guide DUSSERT-GERBER 2013, le Château du Grand Bos fait des vins de Graves depuis le XVIIe siècle. Le lieu, vignoble de clairière entouré de bois de chênes, de pins maritimes, de châtaigniers et d’acacias sur 30 ha d’un seul tenant, est un espace de paix et de sérénité que nulle vision d’habitation étrangère ne vient polluer. La demeure, bordée par un parc où se remarquent des arbres centenaires, est un modèle de sobre harmonie, avec ses ailes de communs entourant une cour carrée fermée par une grille. La première construction du XVIIe siècle a fait l’objet de restaurations à deux reprises, en 1771 et en 1988, et seulement 9 familles ont possédé ce “Bourdieu” (dès le moyen-âge à Bordeaux, le Bourdieu est un domaine à vocation viticole et vinicole fondé par les Bourgeois de Bordeaux et commandé par une demeure souvent de belle architecture entourée de ses communes) depuis la fin du XVIIe siècle jusqu’à nos jours, dont celles des CROZILHAC, à la fois Bourgeois de Bordeaux et Seigneurs de Lescaley et de Laguloup, de 1650 à 1830. Aujourd’hui, la famille VINCENT-ROCHET, amoureuse de la nature, entourée d’une équipe où s’allient compétence, jeunesse, et expérience, met sa passion et son talent dans la culture traditionnelle de ses vignes et dans l’élevage de ses grands vins en associant la tradition rigoureuse du Bordelais à la modernité qui permet de maîtriser soigneusement leur vinification et leur vieillissement. Comme tous les vins de l’AOC GRAVES, ceux du Grand Bos sont obligatoirement des vins d’assemblage, les monocépages étant interdits. Les BLANCS sont majoritairement de sémillon (la douceur, l’aptitude au vieillissement), suivi par le sauvignon (le fumé), avec un faible pourcentage de muscadelle (la saveur légèrement musquée). Les deux premières années, ils ont de la fraîcheur, de la minéralité, et des arômes rappelant des fleurs ou des fruits, apportés par les variétés cultivées. Entre la deuxième et la troisième année, il y a une période de quelques mois où ils peuvent se fermer. Après cela, ils vont voir le fruit s’estomper et acquérir le bouquet qui se prolongera en s’affinant pendant environ 5 à 7 ans. Ensuite apparaissent des saveurs de type Xérès que certains apprécient mais que d’autres n’aiment pas. À chacun de décider s’il recherche ces saveurs particulières ou s’il préfère boire ses blancs dans les cinq ans. Les ROUGES sont équilibrés entre le cabernet-sauvignon (la finesse aromatique, la pureté) et le merlot (la rondeur, le corps) avec un petit apport de ce merveilleux cépage qu’est le petit verdot (la vivacité, la puissance, la subtilité aromatique et l’aptitude au vieillissement). Eux aussi ont leur période de jeunesse où le fruit domine tandis que les tanins sont très présents, période qui dure de 3 à 5 ans. On peut aimer goûter un vin jeune. Ensuite arrive la période de maturité avant la plénitude qui survient entre 5 et 10 ans selon les millésimes où le bouquet se substitue au fruit avec des nuances de grillé, de rôti, d’épices, de venaison ou de sous-bois. Au-delà, c’est l’apogée où les tanins se fondent peu à peu complètement et où les saveurs en bouche se font plus complexes. Au Grand bos, même dans les millésimes moyens les vins se gardent au moins 10 ans et pour les bonnes années, ils atteignent 20 ans sans problème dans une bonne cave. Les vins rouges doivent être bus à une température de 16 à 17°C, et les vins blancs entre 7 et 9°C et jusqu’à 10 à 12°C pour des vins plus vieux. Nous préconisons de les transférer sans brusquerie dans une carafe, ce qui permet d’éliminer avec les dernières gouttes le dépôt naturel cristallisé au fond de la bouteille et surtout de favoriser, par l’aération, l’émergence du bouquet. C’est cette dernière raison qui nous conduit à conseiller aussi le carafage pour des vins jeunes. Voici quelques commentaires sur les divers millésimes qui sont tous différents : Rouge 2005 : robe sombre, grenat aux reflets violine. Nez riche et complexe aux notes de fruits (cerise), de poivre et de sous-bois. En bouche, structuré, ample, équilibré. Finale longue et majestueuse. Rouge 2008 : robe pourpre profonde et dense. Nez épanoui, complexe et riche (baies noires, vanille). En bouche, structure maîtrisée, onctuosité, complexité (cassis, mure), pleine et fondue à la fois. Finale ample et expressive. Rouge 2009 : robe moirée, reflets rubis profond. Nez capiteux à nuances réglisse/caramel. En bouche, puissant et charnu, structuré, aux tanins serrés avec des arômes intenses (truffe, cassis, sous-bois). Bonne persistance. Rouge 2010 : robe sombre somptueuse. Nez épanoui, osmose entre les fruits et les tanins serrés et fins. En bouche corps robuste et savoureux, sur les fruits rouges et noirs bien mûrs, la réglisse et le caramel. Très bel équilibre, finale longue et savoureuse. Rouge 2011 : belle robe sombre aux reflets cerise, nez doux, agréablement persistant très légèrement épicé avec une petite touche cannelle. Attaque ronde et puissante amenant un corps long, charnu et capiteux. Des tanins présents sans être agressifs donnent une bonne longueur. au palais. Rouge 2012 : robe grenat à reflets limpides et brillants. Nez boisé sur des arômes de fruits rouges et noirs, marqués par d’élégantes notes de vanille et d’épices. Après une attaque gourmande, franche et ronde, apparaissent des arômes toastés et vanillés avec des tanins puissants qui soulignent une finale longue et savoureuse. Blanc 2011 : couleur jaune-vert superbe, brillante, lumineuse. Nez intense de fruits secs (amande, figues) et d’agrumes (écorce d’orange et de citron) évoluant vers des nuances plus exotiques (mangue, ananas). En bouche attaque fraîche et délicate. Évolution grasse, acidulée, reflet fidèle du nez fruits secs et agrumes. Bon équilibre avec une finale légèrement minérale, superbe longueur. Vin alliant tradition et terroir. Blanc 2013 : robe pâle à reflets verst brillants. Nez vif, élégant, floral, net, sur les agrumes. Bouche fraîche, grasse, fruitée. Très belle finale, ample et persistante.

   

CHATEAU DU GRAND BOS

André Vincent et Marie Vincent-Rochet
Lieu-dit Grand Bos
33640 Castres
Téléphone : 05 56 67 39 20
Télécopie : 05 56 67 16 77
Email : chateau.du.grand.bos@free.fr





> Le palmares des vins


CLASSEMENT COTES-DE-BORDEAUX
e_cote-de-bordeaux.jpg
LES MEILLEURS RAPPORTS QUALITE-PRIX-TYPICITE DE L'ANNEE

Les Classements du site sont réactualisés en permanence dans l'année en fonction des dernières dégustations (derniers ou anciens millésimes, coups de cœur, déceptions...) et peuvent donc être différents de ceux du Guide "papier", qui ne peut être remis à jour avant la prochaine édition

Accédez directement aux commentaires de dégustation en cliquant sur le nom

PREMIERS GRANDS VINS CLASSÉS

COTES-DE-BOURG
LA CROIX DAVIDS
HAUT-MACO
MOULIN VIEUX
COLBERT
PUY D'AMOUR
HAUT-MOUSSEAU
GRAND-MAISON
REYNAUD
CADILLAC
COTES-DE-BORDEAUX
MARSAN
RICAUD
CRANNE
PAYRE
BAVOLIER
MELIN
CASTILLON
COTES-DE-BORDEAUX
LAFLEUR BEAUSEJOUR
ARTHUS
BLAYE
COTES-DE-BORDEAUX
BERTHENON
HAIE
Les GRAVES
LAGARDE
LARRAT
PONT LES MOINES
VALENTIN
ESPERANCE
GRAND MOULIN
LACAUSSADE SAINT MARTIN
MAYNE-GUYON
PETIT BOYER
TERRE BLANQUE
GRAVES D'ARDONNEAU



DEUXIEMES GRANDS VINS CLASSÉS

COTES-DE-BOURG
CADILLAC
COTES-DE-BORDEAUX

ANNICHE
CEDRES
GENISSON
MALLIÉ CHANTE L'OISEAU
CASTILLON
COTES-DE-BORDEAUX
HAUT-BEYNAT
BEL-AIR
(CLOS VIEUX ROCHERS)
PILLEBOIS
BLAYE
COTES-DE-BORDEAUX


HAUT-BACON
BERGERE-BRIMAUD

TROISIEMES GRANDS VINS CLASSÉS

COTES-DE-BOURG
CADILLAC
COTES-DE-BORDEAUX

(BRETHOUS)
(LAMOTHE de HAUX)
(BARREYRE)
(CARIGNAN)
CAVE QUINSAC
(GRIMONT)
CASTILLON
COTES-DE-BORDEAUX
(FILLIOL)
BLAYE
COTES-DE-BORDEAUX


SEGONZAC
BOTTE
PETITS-ARNAUDS

IMPORTANT : pour mieux comprendre les Classements

> Nos coups de cœur de la semaine

Louis HUOT


Des Récoltants-Manipulants depuis quatre générations. Virginie Huot exploite avec son frère Olivier, le domaine familial fondé dans les années 1950, soit 7 ha de vignes. Orientation en viticulture raisonnée, et association de l’expérience ancestrale et des techniques œnologiques modernes. Beau Champagne brut cuvée Carte Noire, 50% Meunier, 25% Chardonnay, 25% Pinot noir, vendages manuelles, pressurage traditionnel, 3 ans de vieillissement sur lattes, remuage automatique par gyropalettes, où s’associent rondeur et distinction, fraîcheur et finesse, d’une jolie complexité aromatique où l’on retrouve des nuances de citron et de miel, fin et riche à la fois, très persistant au nez comme en bouche. Le Champagne cuvée Louis Blanc de Noirs 2009, 50 % de Pinot Noir et 50% de Pinot Meunier, de belle robe, au nez de petits fruits, est ferme et suave, vineux et très fin à la fois, tout en harmonie avec des nuances de fruits cuits et de pain finement grillé. Le Champagne Réserve, parts égales de Chardonnay et de Pinot noir, 33% chacun, et 35% Pinot meunier, et avec pas moins de 50% de vins de réserve entrant dans cette cuvée, parfumé, d’une belle élégance, un vin très harmonieux en bouche, au nez complexe (abricot, brioche), tout en finale. Très fin, très séduisant, le Champagne cuvée Initiale Brut Zéro, parts égales de Pinot noir et de Chardonnay (35% chacun) avec 30% de Pinot meunier, zéro sucre ajouté, 5 ans de vieillissement sur lattes, qui dégage des connotations de fleurs d’acacia, une bouche fine et vivace, un nez subtil et persistant, et des nuances de fleurs blanches et d’amande en finale. Le Champagne brut Carte Noire, les trois cépages champenois étant présents dans cette cuvée, avec une majorité de Pinot meunier (50%), est particulièrement charmeur, d’une robe jaune doré clair, qui dégage des arômes de pain brioché et de fruits frais, est une cuvée tout en bouche.

Virginie et Olivier Huot
27, rue Julien Ducos
51530 Saint-Martin-d’Ablois
Téléphone :03 26 59 92 81
Télécopie :03 26 59 45 05
Email : champagne.huot@wanadoo.fr
Site : www.vinsdusiecle.com/champagnehuot
Site personnel : www.champagnehuot.fr

Domaine MAESTRACCI


Camille-Anaïs, jeune femme passionnée, envisage la culture en biodynamie, vient de faire construire un chai de vieillissement pour ses vins, même pour le rosé, pour lequel elle s’attache à démontrer le réel potentiel de garde. Formidable Vin de Corse E Prove rosé gris 2014, un vin sec et suave à la fois, de bouche très subtilement parfumée, gras mais bien nerveux, d’une grande persistance d’arômes au palais, avec des notes de rose et de mûre, légèrement épicé, de bouche très élégante. Superbe Villa Maestracci rouge 2010, au nez de fruits surmûris (framboise, cassis) et d’humus, de bouche intense et dominée par le pruneau confit, est un vin très typé, tout en persistance, qui poursuit une belle évolution, et que l’on peut associer avec une casserole d'agneau aux oignons et raisins secs ou des feuilletés de cèpes au foie gras. Le Vin de Corse Calvi E Prove rouge 2012, vieilli en fûts, de couleur intense, au nez puissant et subtil à la fois, aux notes de petits fruits mûrs (cassis, griotte) et de garrigue, aux tanins riches et bien fondus, qui poursuit son évolution. Le Clos Reginu rouge 2013 allie structure et charme, au nez complexe (cassis, fumé...), bien charpenté, de robe soutenue et brillante, opulent, fin et charnu à la fois, de belle évolution. Excellent Clos Reginu rosé 2014, au nez de rose et de garrigue, délicat, franc, développant en bouche des arômes puissants de fruits frais, une touche d’amande, un vin ample, vraiment charmeur comme le Clos Reginu blanc, fin et rafraîchissant, aux arômes flatteurs d’agrumes et de genêt, délicatement suave, un vin à servir avec une cervelle de veau maître d'hôtel ou un risotto au fromage.

Michel et Camille-Anaïs Raoust
Route de Santa Reparata
20225 Feliceto
Téléphone :04 95 61 72 11
Télécopie :04 95 61 80 16
Email : clos.reginu@wanadoo.fr
Site personnel : www.domaine-maestracci.com

Château FONTBONNE


Une propriété familiale depuis trois générations. Elle a été achetée par le grand-oncle de Philippe Renier, l’actuel propriétaire, en 1939. Vignoble de 33 ha. Une référence avec ce Bordeaux rouge Marie 2014, une sélection rigoureuse de parcelles de vieilles vignes, 70% Merlot et 30% Cabernet-Sauvignon, légèrement épicé, aux tanins riches et veloutés à la fois, aux notes de mûre et de poivre, un vin complexe, très réussi, de garde. La cuvée Henriette blanc 2014 est d’une jolie complexité d’arômes où l’on retrouve des nuances de citron et de genêt, un vin franc et distingué, idéal sur des sardines aux échalottes ou des darnes de thon poêlé et calamars frais. Remarquable Bordeaux Edouard de Fontbonne 2012, 90% Merlot, 10% Cabernet-Sauvignon, aux tanins enrobés, de très bonne charpente, ample et persistant en bouche, de bonne garde, et le Bordeaux cuvée Marie rouge 2012, issu uniquement de vieilles vignes, vinification que dans les meilleurs millésimes, élevage en fûts de chêne de 1 à 3 ans, corsé, au nez riche et subtil dominé par les petits fruits rouges mûrs, tout en harmonie, un vin aux tanins fermes et savoureux, d’excellente évolution comme en atteste ce 2010, de couleur pourpre, très équilibré, aux tanins bien fermes, au nez où dominent le cassis mûr et les sous-bois, riche en couleur comme en matière. Le Bordeaux blanc 2014, pur Sauvignon, tout en fraîcheur, très fruité, aux notes de pomme et de pamplemousse, est de bouche vive.

Philippe Renier
2, route de Targon - Lieu-dit Fontbonne
33760 Faleyras
Téléphone :05 56 23 49 36 et 06 07 59 35 45
Télécopie :05 56 23 49 36
Email : chateau.fontbonne@wanadoo.fr
Site personnel : www.chateau-fontbonne.com

CHAMPAGNE JEAUNAUX-ROBIN


Michel Jeaunaux commence le métier de vigneron, en 1965. A cette date, le raisin est apporté à la coopérative du village. En 1973, il se marie avec Marie-Claude, et ils installent le premier pressoir (traditionnel) de la maison. Commencent alors les premières vinifications. Depuis, la cuverie et la cave ont été construites. En 1999, Cyril, leur fils, les rejoint, et en 2003, un deuxième pressoir traditionnel est installé. De 500 bouteilles produites au départ, la maison s’applique désormais à vinifier environ 45000 flacons. La démarche reste fidèle à une viticulture durable : travail des sols, enherbement, vinifications en cuves mais aussi en fûts de chêne. Les vinifications s’effectuent en cuves (inox et émail) ou bien en fûts de chêne pour les trois cépages. Les fermentations alcooliques démarrent spontanément ou bien après ensemencement levurien. La fermentation malo-lactique, toujours effectuée jusqu’à maintenant, devrait ne plus devenir systématique à l’avenir pour conserver davantage de tension et de minéralité sur nos vins de base. Les cuvées patientent ensuite entre 2 et 7 ans en cave. Enfin, toujours dans la recherche de la minéralité et du naturel, les dosages sont modérés pour laisser au vin la possibilité de s’exprimer pleinement. Le Champagne Extra brut Les Grands Nots millésimé 2003, issu d’un assemblage de têtes des cuvées non filtrées de Chardonnay, Pinot noir et Pinot meunier à parts égales, une cuvée vinifiée et élevée en fûts de chêne, est ample et parfumé, au nez subtil où se développent des arômes d’agrumes et de petites fleurs, tout en bouche persistante et fine, de robe jaune or. Excellent brut rosé de Saignée, contrairement au rosé classique d’assemblage, cette cuvée résulte d’une subtile et brève macération des raisins rouges, élaborée exclusivement à partir de Pinot meunier et de la seule vendange 2006, un Champagne tout en finesse, de bouche fine, aux arômes de fruits frais et de rose, d’une longue finale parfumée. Le Champagne brut Prestige, Chardonnay majoritaire (80%), complété par du Pinot noir, est dense, alliant finesse et structure, d’un jaune brillant, aux connotations de fleurs et d’épices.

Cyril Jeaunaux
1, rue de Bannay
51270 Talus-Saint-Prix
Téléphone :03 26 52 80 73
Télécopie :03 26 51 63 78
Email : champagne-jr@vinsdusiecle.com
Site : champagne-jr
Site personnel : www.champagne-jr.fr


> Nos dégustations de la semaine

Château MALARTIC-LAGRAVIÈRE


 En 1803, le Domaine appartenait à la famille du Comte de Maurès de Malartic, grand serviteur du Roi de France qui guerroyait contre les anglais au Québec et dans l’Océan Indien. L’atout majeur du Château Malartic-Lagravière est son terroir situé sur une terrasse profondément entaillée par le ruisseau de l’Eau Blanche, un terroir particulièrement réputé, une superbe croupe bien exposée composée d’îlots graveleux datant de l’ère du Quaternaire, le nom même du vin évoquant déjà le sol chargé de belles graves. C’est en 1997, qu’Alfred-Alexandre Bonnie, homme d’affaires belge et son épouse Michèle, rachètent ce Grand Cru classé et se lancent dans un ambitieux projet de rénovation. Le résultat est remarquable : château, parc, vignoble, modernisation du chai, cuvier octogonal qui abrite de nombreuses petites cuves correspondant à chaque parcelle qui reçoit une vinification très personnalisée, superbe chai à barriques de chêne renouvelées régulièrement chez les meilleurs tonneliers...
Aujourd’hui, le vignoble représente 46 ha de rouge (Merlot, Cabernet-Sauvignon, Cabernet franc et Petit Verdot) et 7 ha de blanc (dominance du Sauvignon, 20% de Sémillon) et l’âge moyen des vignes est de 30 ans. Ici, chaque cep de vigne, chaque parcelle, font l’objet d’analyses, de prélèvements pour répondre à une recherche de qualité optimale. Le Second Vin s’appelle la Réserve de Malartic (anciennement appelé le Sillage), en rouge et en blanc.
Ce Pessac-Léognan blanc 2013, charpenté mais très élégant, est de robe intense, aux nuances de vanille et de cassis, bien corsé, concentré au nez comme en bouche, très équilibré. Le 2012, où l’on retrouve des nuances de citron et de miel, alliant complexité d’arômes et longueur, au nez de fruits (coing, citron), très élégant, charmeur et riche. Beau 2011, aux notes d’abricot frais, de narcisse et de fruits secs, gras mais très frais à la fois, de bouche bien équilibrée en acidité, d’une jolie finesse, harmonieux en finale. 
Le Pessac-Léognan rouge 2013, au nez de griotte et de truffe, est charpenté, ample en bouche, aux tanins savoureux et puissants à la fois, avec une finale de cassis mûr. Le 2012 développe des arômes très intenses et complexes de fruits rouges et d’épices, avec des notes grillées, de bouche volumineuse, un vin racé. Le 2011, aux connotations de mûre et d’humus, aux tanins très bien équilibrés, est de bouche charnue comme il le faut, aux reflets pourpres. Poursuivant son évolution, le 2010, tout en bouche, au nez complexe et délicat (cassis mûr, cuir), mêle puissance et finesse, un vin riche et bien charnu comme on les aime, d'une finale très élégante et veloutée, d'excellente garde. Le 2009, de belle robe foncée, de bonne base tannique, riche et persistant, est gras, aux notes de prune et de sous-bois, d'excellente évolution.
Le 2008, intense en couleur comme en arômes, fleure bon les fruits mûrs et les épices, un vin aux tanins bien fermes et soyeux à la fois, auquel il faut laisser du temps pour s'exprimer. Très savoureux 2007, aux arômes subtils de petits fruits rouges mûrs à noyau, avec des tanins soyeux, un vin tout en distinction. Beau 2006, dégageant une rondeur en bouche persistante, ample et parfumé, légèrement épicé, d'une très jolie finale avec ces notes de fumé et de petits fruits noirs surmûris.
Goûtez le Pessac-Léognan Château Gazin Rocquencourt blanc 2013, de bouche intense où dominent les agrumes et les fruits secs, tout en persistance aromatique, d’une belle longueur. Le Pessac-Léognan Château Gazin Rocquencourt rouge 2013 est une réussite, avec ces notes de mûre et de griotte, alliant finesse et structure, aux tanins soyeux, de bouche savoureuse.

Famille Bonnie

Michel MORILLEAU


Incontestablement au sommet. La famille est depuis 1740 dans ce vignoble de quelque 18 ha.
Pour ce vigneron passionné et talentueux, que nous sommes ravis de rencontrer régulièrement, “le millésime 2015 sera encore très bon, faible rendement une fois de plus 20 hl/ ha de moyenne en Muscadet et Chardonnay. Fermentations alcooliques terminées en douceur, sauf pour les fûts de Chardonnay Exception. Le Gros Plant sera de qualité habituelle.”
Il a raison puisque son Muscadet 2015, très finement épicé comme il se doit, tout en structure et parfums, avec des nuances de noix fraîche et de reinette, un vin sec et fondu en bouche, tout en ampleur. Le 2014, aux senteurs fines de poire et de chèvrefeuille, est tout en souplesse et vivacité à la fois, d’une belle ampleur en finale.
Michel Morilleau élève aussi des vins rares comme ce superbe Muscadet Côtes-de-Grand-Lieu sur lie 2010, au nez subtil, d'une belle persistance aromatique, à dominante de fruits secs (abricot) et de tilleul, un vin harmonieux, de belle évolution, parfait sur un poulet au sel ou des escalopes de saumon à l'oseille. Formidable Muscadet Olympus 2004, avec des notes minérales, aux senteurs d'agrumes, séduisant par sa structure distinguée en finale; un vin qui mérite une cuisine raffinée comme des huîtres chaudes à la sauce safranée ou des brochettes de lotte au lard fumé.
Le Gros-Plant blanc Prieuré Royal Vieilles Vignes 2015 est une référence, le meilleur de l’appellation, classique au nez comme en bouche, aux arômes de fleurs blanches, et se marie parfaitement avec les huîtres ou des crevettes grises. Et puis, il y a son Chardonnay Exception 2014, bien typé par son cépage, justement, avec ces notes de pêche, de lis et de noisette caractéristiques, développe une bouche suave, tout en délicatesse et fraîcheur.

Prieuré royal Saint-Laurent
44650 Legé
Tél. : 02 40 26 60 95
Fax : 02 40 26 63 65
Email : m.morilleau@yahoo.fr

Voir son classement dans le Guide des Vins
Accorder ce vin avec le plat idéal dans IdéeVins

Domaine DHOSTE CHEVALIER


Ce domaine a été racheté il y a une dizaine d'année, entièrement remis à neuf et partiellement restructuré par l'acquisition d'anciennes vignes et l'investissement dans du matériel permettant la mise en oeuvre de techniques modernes, dans le respect de la typicité du cépage et le strict contrôle du rendement. Toutes les opérations de soins à la vigne sont effectuées manuellement.
Coup de coeur pour leur Cahors 2009, au nez dominé par les épices et les petits fruits rouges à noyau, un très joli vin, riche et parfumé en bouche, avec ces nuances subtiles de pruneau confit, qui mêle structure et velouté, de garde comme le 2008, vin bien typé, qui associe couleur et matière, au nez complexe à dominante de fruits frais et d'humus, bien charnu comme il le faut. Le 2007 est au nez complexe (groseille, violette…), un vin bien typé et riche, avec une structure harmonieuse. Beau 2006, aux senteurs persistantes d'humus et de pruneau, de bouche corsée, riche en couleur, mêlant finesse et complexité, aux tanins soyeux mais très équilibrés, qui commence à se goûter particulièrement bien (12 € environ). On n'hésite pas cette année.

Y. & H. Netillard et Fils

> Les précédentes éditions

Edition du 06/12/2016
Edition du 29/11/2016
Edition du 22/11/2016
Edition du 15/11/2016
Edition du 08/11/2016
Edition du 01/11/2016
Edition du 25/10/2016
Edition du 18/10/2016
Edition du 11/10/2016
Edition du 04/10/2016
Edition du 27/09/2016
Edition du 20/09/2016
Edition du 13/09/2016
Edition du 06/09/2016
Edition du 30/08/2016
Edition du 23/08/2016
Edition du 16/08/2016
Edition du 09/08/2016
Edition du 02/08/2016
Edition du 26/07/2016
Edition du 19/07/2016
Edition du 12/07/2016
Edition du 05/07/2016
Edition du 28/06/2016
Edition du 21/06/2016
Edition du 14/06/2016
Edition du 07/06/2016
Edition du 31/05/2016
Edition du 24/05/2016
Edition du 17/05/2016
Edition du 10/05/2016
Edition du 03/05/2016
Edition du 26/04/2016
Edition du 19/04/2016
Edition du 12/04/2016
Edition du 05/04/2016
Edition du 29/03/2016
Edition du 22/03/2016
Edition du 15/03/2016
Edition du 08/03/2016
Edition du 01/03/2016
Edition du 23/02/2016
Edition du 16/02/2016
Edition du 09/02/2016
Edition du 02/02/2016
Edition du 26/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 19/01/2016
Edition du 12/01/2016
Edition du 05/01/2016
Edition du 29/12/2015
Edition du 22/12/2015
Edition du 15/12/2015
Edition du 08/12/2015
Edition du 01/12/2015
Edition du 24/11/2015
Edition du 17/11/2015
Edition du 10/11/2015
Edition du 03/11/2015
Edition du 27/10/2015
Edition du 20/10/2015
Edition du 13/10/2015
Edition du 06/10/2015
Edition du 29/09/2015
Edition du 22/09/2015
Edition du 15/09/2015
Edition du 08/09/2015
Edition du 01/09/2015
Edition du 25/08/2015
Edition du 18/08/2015
Edition du 11/08/2015
Edition du 04/08/2015
Edition du 28/07/2015
Edition du 21/07/2015
Edition du 14/07/2015
Edition du 07/07/2015
Edition du 30/06/2015
Edition du 23/06/2015
Edition du 16/06/2015
Edition du 09/06/2015

 



Maison PETTERMANN


Château MONTROSE


LES VINS GEORGES DUBOEUF


Château RASQUE


LEGRAS et HAAS


Château FONBADET


Domaine Benoît BADOZ


Denis FORTIN


Château Les GRAVES


Maurice VESSELLE


Château LA TOUR DU PIN FIGEAC


Domaine BERTRAND-BERGÉ


BAUMANN-ZIRGEL


Château GAUTOUL


Cru du PARADIS


Rémy MASSIN et Fils


Clos RENÉ


Domaine BROBECKER



CHATEAU BECHEREAU


DOMAINE FRANCOIS BERTHEAU


DOMAINE PICHARD


CHATEAU MACQUIN


CHATEAU LE SOULEY-SAINTE-CROIX


SCE DU CLOS BELLEFOND


CHAMPAGNE GREMILLET


CHATEAU HOURBANON


DOMAINE GOURON


SCEA CHATEAU CAILLIVET


SCEV CHAMPAGNE MICHEL ARNOULD ET FILS


CHATEAU PONT LES MOINES



 

 

© SARL MALTA. Reproduction interdite - Mentions légales